Home » Psycho » Sortir de la dépendance alcoolique

Sortir de la dépendance alcoolique

L’alcoolisme est un fléau qui préoccupe aussi bien les dirigeants de tous les pays que les associations religieuses, en passant par les organisations non gouvernementales et la société toute entière. La dépendance alcoolique est une maladie aussi bien physiologique que psychologique. La guérison se fait par la prise de conscience du patient, l’aide de son entourage et un changement radical du mode de vie.

La prise de conscience  du malade

Le malade doit être conscient de son état. Il doit reconnaître que l’alcool ne lui a apporté que des problèmes et déboires. En plus, Il a aussi perdu l’estime de sa famille et de la société. Il ne doit pas avoir honte de son état et accepter avec amour l’aide des autres. Il doit résister si on  lui dit qu’un ivrogne de sa trempe ne peut devenir une autre personne. Sa prise de conscience l’amène à accepter de suivre un traitement : l’abstinence qui est le fait de se priver d’alcool. Et celle-ci se fait en trois phases.

L’abstinence avec l’aide de l’entourage

Il faut d’abord préparer psychologiquement le patient car c’est un être qui a perdu la confiance en soi. Son entourage joue un rôle important dans cette phase. On doit savoir pourquoi il est tombé dans l’alcoolisme. L’écoute est très importante car plus le patient se dévoile, plus on arrive à lui apporter du soutien. Cela se fait avec l’aide de la famille ou groupe de personnes pour le faire prendre conscience de sa dépendance.

La deuxième phase est le sevrage où le malade arrête complètement de boire. C’est une période très délicate car des troubles peuvent apparaître (tremblements au niveau des membres, hallucinations et même dépression). C’est là que le médecin intervient. La dernière phase est l’abstinence proprement dite. C’est dans cette phase que le suivi médical est le plus utile. Le patient doit éviter toute tentation car le risque de rechute est grand.

Adopter un nouveau mode de vie

Le malade guéri doit s’adapter à sa nouvelle vie. Il doit occuper ses moments libres à des activités comme la promenade, la piscine, le sport, cinéma, lecture ou autre, pour ne pas s’ennuyer, au risque de retomber dans ses mauvaises habitudes. Mais être guéri de l’alcoolisme ne signifie pas qu’on oublie ses vieux amis, on pourrait être ensemble sans toucher à l’alcool.

Sortir un malade de la dépendance alcoolique n’est pas aussi facile qu’on le pense. Toute tentative est vaine tant que celui-ci n’est pas convaincu de sa maladie et n’accepte le secours des autres. Mais la guérison est possible, il faut le concours et la volonté de tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*